Votre guide de la stratégie nationale sur les maladies cognitives du Canada

Le 22 juin 2017, le Canada s’est engagé à élaborer une stratégie nationale sur les maladies cognitives. L’adoption du projet de loi C-233, une Loi relative à une stratégie nationale sur la maladie d’Alzheimer et d’autres démences, signifie que le gouvernement du Canada répondra à l’ampleur, l’impact et au coût impressionnants associés aux maladies cognitives.

La Loi, aligne non seulement le Canada avec de nombreux autres pays dans le monde qui ont fait de la question des maladies cognitives une priorité, mais elle engage aussi nos gouvernements à agir par le biais de l’établissement d’échéanciers, d’objectifs, de systèmes de suivi et de résultats mesurables stricts.

Lisez-en plus ci-dessous.



 

Qu’est-ce qu’une stratégie nationale sur les maladies cognitives et qu’est-ce qu’elle signifie pour vous?

Une stratégie nationale sur les maladies cognitives est un outil unique et puissant qui permettra de transformer et faire passer les soins et les aides proposés aux personnes atteintes d’une maladie cognitive au niveau supérieur.

Les éléments communs des stratégies sur les maladies cognitives se concentrent sur :

La qualité de vie

Une meilleure gestion des maladies cognitives à l’échelle locale signifie que les Canadiens touchés, les aidants et les familles accèderont au même niveau et à la même qualité de soins, quel que soit l’endroit où ils vivent.

Le soutien

Les programmes et services existants peuvent être plus efficaces en se focalisant sur des domaines prioritaires.

Les fournisseurs de soins de santé bénéficieront de meilleures formations.

La recherche

La recherche portant sur ces maladies sera mieux coordonnée, ce qui augmentera la probabilité d’un avenir sans maladie d’Alzheimer ni autre maladie cognitive.


Pourquoi avons-nous besoin d’une telle stratégie?

Les expériences menées par les pays disposant d’une stratégie sur les maladies cognitives démontrent que des efforts coordonnés et ciblés à l’échelle nationale améliorent les résultats de tous les aspects relatifs aux soins et à la recherche sur ces maladies.

À mesure du vieillissement de la population, une stratégie globale est vitale pour s’assurer que le nombre croissant de Canadiens atteints d’une maladie cognitive bénéficient des soins et des aides qu’ils méritent.

Songez aux éléments suivants :

  • Plus d’un demi-million de Canadiens sont atteints d’une maladie cognitive. D’ici 2031, ce nombre sera presque multiplié par deux. C’est-à-dire dans un peu moins de 15 ans.
  • La question de la maladie d’Alzheimer, déjà la septième cause principale de mortalité au Canada, continuera à prendre de l’ampleur en tant que problème de santé publique.
  • On estime actuellement le coût des soins à 10,4 milliards de dollars.

Une stratégie nationale sur les maladies cognitives assurera la préparation du Canada à aborder ce défi grâce à l’adoption d’une approche coordonnée et ciblée aux soins et à la recherche.


Une stratégie sur les maladies cognitives est-elle actuellement en place?

Pas encore. En juin 2017, le Parlement a adopté une loi chargeant la ministre de la Santé d’élaborer une stratégie nationale sur les maladies cognitives. On s’attend à ce qu’elle soit proposée d’ici l’hiver 2019.

Malgré que nous ne disposions pas encore d’une telle stratégie, des progrès ont été réalisés. En mai 2018, la Conférence nationale sur les maladies cognitives s’est tenue à Ottawa. Les décideurs politiques, les personnes atteintes d’une maladie cognitive, les partenaires de soins et les intervenants de partout au pays se sont réunis pour faire part de leurs points de vue et suggestions concernant la première stratégie nationale sur les maladies cognitives du Canada.

Lors de la conférence, la ministre canadienne de la Santé a annoncé les membres du Comité consultatif ministériel sur la démence. Ce comité est coprésidé par Pauline Tardif, la chef de la direction de la Société Alzheimer et le docteur William E. Reichman, président et chef de la direction de Baycrest. Ils conseilleront la ministre de la Santé sur les questions relatives aux soins et à la progression de la stratégie nationale sur les maladies cognitives du Canada.

Pour les dernières nouvelles concernant la stratégie nationale sur les maladies cognitives du Canada, suiviez la Société Alzheimer du Canada dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, et Instagram (anglais seulement).

Ma province dispose d’une telle stratégie. Est-ce la fin?

Non. Une stratégie nationale sur les maladies cognitives existe pour coordonner les ressources, intensifier les pratiques exemplaires et assurer un niveau de soins identique partout au pays. Elle n’a pas pour vocation de remplacer les soins de première ligne ni de financer des projets pilotes. Les plans provinciaux continueront d’être des outils importants et la stratégie nationale ne les remplacera pas. La stratégie nationale sur les maladies cognitives du Canada respectera les juridictions en matière de soins de santé, et les provinces joueront un rôle central dans son élaboration et sa mise en place.

La majorité des provinces du Canada ont déjà un plan sur les maladies cognitives, ou ont pris des mesures pour un préparer un. La stratégie nationale servira de complément à ces plans provinciaux.

Apprenez-en plus sur les initiatives de l'Ontario : impliquez-vous avec une stratégie ontarienne sur les maladies cognitives.

Que fait la Société Alzheimer?

La Société Alzheimer demande depuis longtemps l’instauration d’une stratégie nationale sur les maladies cognitives afin de renforcer les efforts de recherche et assurer que tous les Canadiens disposent d’un même accès à des soins et des aides de qualité. Nous joignons notre voix à celle de tous les Canadiens touchés par une maladie cognitive pour défendre la mise en place aussi rapidement que possible de la première stratégie nationale sur les maladies cognitives au Canada.


Last Updated: 08/30/2018