« Je suis toujours un être humain »

Par Paul Lea

Paul Lea

En me voyant, vous ne sauriez jamais que j'ai une maladie cognitive. J'ai 63 ans, je vis seul et je continue à faire la plupart des activités que j'aimais avant mon diagnostic. Je suis toujours un être humain et je peux toujours faire des choses.

Mais la réalité s'impose. En 2008, j'ai reçu un diagnostic de maladie cognitive à la suite d'un grave accident vasculaire cérébral. Par la suite, j'ai tout fait pour simplifier ma vie. Par exemple, j'ai réaménagé mon appartement de manière à pouvoir me retrouver facilement. À l'occasion, je cherche ma télécommande, qui est là sous mes yeux, mais cela me prend parfois quelques minutes pour la reconnaître.

Je vis seul, mais j'ai beaucoup de soutien de la part de ma famille et de mes amis. Cela est très important pour toutes les personnes atteintes d'une maladie cognitive. Dans mon cas, leur soutien m'a aidé à me reprendre en main.

J'ai déjà été un as de l'informatique, mais ma fille doit maintenant m'aider lorsque j'ai des problèmes. J'étais également un bon cuisinier et j'aime toujours faire la cuisine, mais je préfère aujourd'hui simplifier mes repas.

J'adore également écrire. En 2012, quatre ans après mon diagnostic, j'ai publié un livre sur mon expérience à titre de missionnaire à Haïti. Pour écrire mon livre, j'ai appris à utiliser un logiciel de reconnaissance vocale, ce qui m'aide à corriger mes fautes d'orthographe et de grammaire.

Vous voyez, la vie continue. Je sais que mes « mini-AVC » aggraveront ma maladie, mais j'ai la chance d'être vivant. Je suis encore là. Ma maladie ne m'empêche pas de vivre pleinement ma vie.


La vie ne se termine pas avec l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Découvrez comment appuyer les personnes atteintes ►