Le deuil blanc

Qu’est-ce que le deuil blanc?

« La notion de deuil blanc m'a aidé à comprendre ce qui se passait. Je suis encore marié ma femme. Je l'aime, mais je ne vis pas avec elle. Je l'ai toujours adorée et j'ai toujours les mêmes sentiments à son égard. On s'occupe d'elle, et le fait de l'avoir perdue me pèse énormément. Le deuil blanc est très exactement ce que je ressens. »

—Aidant de Toronto

Les questions de deuil et de chagrin comptent parmi les plus difficiles à traiter quand on s’occupe d’une personne atteinte de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. On ressent le deuil et le chagrin de diverses manières à chaque étape de l’accompagnement de la personne.

Il est probable que les personnes atteintes de la maladie ressentent elles aussi une grande tristesse à l’annonce de son diagnostic et tout au long de l’évolution de la maladie lorsqu’elles verront leurs capacités diminuer graduellement.

À titre d’aidant, il se peut que vous pleuriez la fin de rêves et de plans d’avenir, la disparition d’un confident et partenaire, le départ d’une personne avec qui partager des tâches et responsabilités, et le déclin progressif des capacités de la personne ayant la maladie. Et il se peut que le deuil blanc que vous vivez à prendre soin de la personne rende votre tâche encore plus difficile.

Le deuil blanc diffère du deuil qui suit le décès, car sa résolution complète est impossible tandis que la personne est encore en vie. Mais cette ambigüité et les sentiments de toutes sortes qui l’accompagnent constituent une expérience commune et prévisible pour tous les aidants qui accompagnent une personne atteinte de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Plus d’informations et de ressources


Last Updated: 04/15/2019