Six conseils pour parler de la planification préalable des soins

Il est dans la nature humaine d'éviter les questions difficiles et dérangeantes, particulièrement celles qui ont trait à la santé et aux soins personnels dans l'avenir. Mais il est essentiel de se préparer et de planifier en conséquence, parce que, un jour ou l'autre, les personnes atteintes d'une maladie cognitive en viendront à ne plus pouvoir exprimer leurs souhaits.

Pour atténuer la détresse et faciliter la prise de décision, il est important d'aborder la question directement et d'élaborer un plan. La vie de chacun en sera simplifiée par la suite.

Voici six conseils pour vous aider à ouvrir le dialogue :

  • Choisissez bien le moment et le lieu, de manière à ce que toutes les personnes concernées se sentent à l'aise et en sécurité.

  • Si vous trouvez difficile d'aborder le sujet, il est normal de l'admettre. Parfois, un peu d'humour peut aider à détendre la situation.

  • Si l'autre personne refuse de parler ou change de sujet, dites-lui : « C'est bien. Il n'est pas nécessaire d'aborder cette question maintenant, mais il faudra le faire très bientôt. Il faut que tu me dises exactement ce que tu souhaites pour l'avenir, parce que je veux faire ce que tu veux lorsque le moment viendra. »

  • Il n'y a pas de raison de ne pas exprimer vos émotions. Il est tout à fait normal de se sentir triste. Parler des soins à prévoir pour l'avenir peut serrer le cœur.

  • Si la discussion devient trop intense ou inconfortable, vous pouvez la remettre à plus tard. Il n'est pas nécessaire de tout régler d'une seule fois.

  • Puisqu'il s'agit d'une conversation entre vous et la personne que vous soutenez, encouragez-la à participer le plus possible dans la mesure de ses capacités.

Apprenez-en plus sur la planification préalable des soins et consultez le site www.planificationprealable.ca pour obtenir de plus amples renseignements, ainsi que ce brochure en ligne.


Last Updated: 08/22/2016