Les résultats du financement 2019

Nous sommes heureux d’annoncer les subventions et prix suivants du Programme de recherche de la Société Alzheimer 2019. Ces récompenses permettent de financer des chercheurs canadiens œuvrant dans le domaine de la maladie d’Alzheimer et des autres maladies cognitives :


Étiologie (cause des maladies cognitives)

Gordon Francis, Université de la Colombie-Britannique

 
Gordon Francis

Titre : Le rôle du métabolisme des cellules musculaires lisses de la bêta-amyloïde dans l'angiopathie amyloïde cérébrale.

Financement : 150 000$

« Notre recherche permettra de mieux comprendre comment se dépose la bêta-amyloïde dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Nous espérons que ces nouvelles connaissances permettront de mieux prévenir ou de diminuer l’accumulation des plaques dans le cerveau, réduisant ainsi la survenue de la maladie d’Alzheimer et des autres maladies cognitives. »


Lisa Marie Munter, Université McGill

 
Lisa Marie Munter

Titre : Protéase 4 rhomboïde comme élément modulateur de la pathologie de la maladie d'Alzheimer.

Financement : 150 000$

« Notre projet de recherche porte sur les changements moléculaires sous-jacents qui mènent à la maladie d’Alzheimer et les personnes atteintes en bénéficieront à long terme. »


Mise au point des traitements

Frédéric Calon, Université Laval

 
Frederic Calon

Titre : Manipuler la thermogenèse pour traiter la maladie d’Alzheimer.

« Le risque de maladie d’Alzheimer augmente avec l’âge, ainsi que les problèmes de régulation de la température corporelle. Mon étude porte sur l’amélioration du mécanisme sous-jacent à la régulation de la température corporelle pour traiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer. »


Aurélie Bussy, Université McGill

 
Aurelie Bussy

Titre : Manipuler la thermogenèse pour traiter la maladie d’Alzheimer.

Financement : 66 000$

« Notre recherche améliorera notre compréhension des altérations du cerveau dans la maladie d'Alzheimer. Cette connaissance pourrait renforcer notre capacité à améliorer nos stratégies d'intervention et de traitement précoces. »


Susan Walling, Université Memorial de Terre-Neuve

 
Susan Walling

Titre : Le rôle du métabolisme des cellules musculaires lisses de la bêta-amyloïde dans l'angiopathie amyloïde cérébrale.

Financement : 224 913$

« Nous pensons que les connaissances acquises grâce à nos travaux pourraient réduire ou empêcher la progression des altérations précoces du cerveau qui peuvent entraîner la maladie d'Alzheimer ou une autre maladie cognitive. »


Diagnostic et détection

Laura Middleton, Université de Waterloo

 
Laura Middleton

Titre : Accroître les possibilités de faire de l’exercice pour les personnes atteintes d’une maladie cognitive : une approche participative.

Financement : 142 110$

« En offrant aux personnes atteintes d’une maladie cognitive plus d’occasions de faire de l’exercice, nous favoriserons leur inclusion et leur bien-être physique, mental et social. »


Annalise D'Souza, Université de Toronto

 
Annalise D'Souza

Titre : L'épreuve du temps : modéliser le vieillissement cognitif pour détecter, prédire et prévenir la maladie d’Alzheimer préclinique.

Financement : 83 000$

« Mes recherches nous aideront à détecter les maladies cognitives à un stade précoce et à trouver les traitements susceptibles d'appuyer une pharmacothérapie permettant d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’une maladie cognitive. »


Simona Brambati, Université de Montréal

 
Simona Brambati

Titre : Évaluation quantitative de l’élocution dans la maladie d'Alzheimer préclinique.

Financement : 142 470$

« Les changements dans l’élocution peuvent aider à identifier les patients à risque élevé de développer une maladie cognitive. »


Améliorer les soins et le soutien

Stephanie Chamberlain, Université de l’Alberta

Stephanie Chamberlain

Titre : Les personnes âgées dans les logements avec services de soutien et leur utilisation des services de santé.

Financement : 83 000$

« En offrant aux personnes atteintes d’une maladie cognitive plus d’occasions de faire de l’exercice, nous favoriserons leur inclusion et leur bien-être physique, mental et social. »


Arne Stinchcombe, Université Brock

 
Arne Stinchcombe

Titre : « Est-ce que je vais toujours être gai? » : Inclure et soutenir les personnes LGBTQ2 + atteintes d’une maladie cognitive et leurs aidants naturels.

Financement : 223 400$

« Cette recherche améliorera la qualité de vie des personnes LGBTQ2 + atteintes d’une maladie cognitive et de leurs partenaires de soins et servira à promouvoir des soins inclusifs pour les personnes atteintes et les aidants. »


Daniel Harris, Université de Toronto

 
Daniel Harris

Titre : Les antidépresseurs comme substituts des antipsychotiques chez les personnes atteintes d’une maladie cognitive? Évaluation des tendances en matière de substitution de médicaments dans les foyers de soins de l'Ontario.

Financement : 66 000$

« Nous voulons déterminer si les médicaments antipsychotiques sont remplacés par des médicaments potentiellement inappropriés. Nous espérons ainsi réduire l'utilisation injustifiée de médicaments chez les adultes atteints d’une maladie cognitive. »


Geneva Millett, Université Ryerson

 
Geneva Millett

Titre : Utilisation des méthodes mixtes pour comprendre les besoins des personnes âgées isolées socialement et les avantages d'un programme de soutien social manualisé, composé de pairs, pour favoriser la santé cognitive et psychosociale des résidents des établissements de soins de longue durée qui sont atteints d’une déficience cognitive légère.

Financement : 66 000$

« Ma recherche mettra en évidence les avantages d'un groupe de soutien social composé de pairs sur la cognition et la santé mentale des résidents des établissements de soins de longue durée qui sont atteints d'une déficience cognitive légère. »


Jacqueline Rousseau, Université de Montréal

 
Jacqueline Rousseau

Titre : Vieillir chez soi - Comprendre les interactions de la personne avec les environnements humain et non humain.

Financement : 142 437$

« Les personnes âgées ont le droit de choisir leur milieu de vie. Plusieurs d’entre elles souhaitent vivre à domicile le plus longtemps possible, tout en préservant leur qualité de vie. Des suggestions pour adapter l’environnement et le rendre plus convivial pour les personnes âgées leur donneront la possibilité de faire des choix intéressants. »


Simone Gamm, Université de Montréal

 
Simone Gamm

Titre : L’expérience émotionnelle vécue par les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer : une étude phénoménologique.

Financement : 66 000$

« En comprenant mieux l'expérience subjective quotidienne des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les interventions pourront être adaptées à leurs besoins. Des interventions respectueuses et adaptées peuvent réduire les comportements perturbateurs, tels que les pleurs et l'errance, ainsi que les symptômes de détresse, tels que l'anxiété ou l'insomnie. Ma recherche contribuera également à atténuer la stigmatisation associée à la maladie d'Alzheimer, en particulier chez les soignants et les professionnels. »


Risque et prévention

Ashleigh Parker, Université de Victoria

 
Ashleigh Parker

Titre : Identification des biomarqueurs précoces de la maladie d’Alzheimer : étude de neuro-imagerie chez des personnes présentant un déclin cognitif subjectif.

Financement : 66 000$

« Ma recherche aidera les personnes à risque en dépistant les altérations précoces du cerveau associées à la maladie d’Alzheimer. »


Morteza Pishnamazi, Université McGill

 
Morteza Pishnamazi

Titre : Étude des effets modérateurs des facteurs de risque biologique et des facteurs de risque reliés au mode de vie sur l’association entre la pathologie de la maladie d’Alzheimer et l’atrophie cérébrale chez les personnes âgées normales sur le plan cognitif, mais à risque de maladie cognitive.

Financement : 66 000$

« Les aidants des personnes atteintes d’une maladie cognitive sont souvent des parents qui présentent eux-mêmes un risque plus élevé de développer la maladie. En améliorant la compréhension de la pathologie de la maladie d’Alzheimer en tant que processus qui s’étend sur toute la durée de la vie, cette recherche favorisera des soins plus empreints de compassion et, espérons-le, des solutions pour que les aidants à risque se protègent eux-mêmes. »


Valérie Turcotte, Université Laval

 
Valerie Turcotte

Titre : Variations entre les cohortes de naissance de facteurs d’estimation des réserves cérébrale et cognitive dans le contexte du déclin cognitif pathologique.

Financement : 66 000$

« Les résultats de mon projet de doctorat peuvent contribuer à la prévention de la maladie d’Alzheimer, en incluant des recommandations à l’intention des patients, comme par exemple sur la stimulation cognitive. »


Thérapeutique

Nathan Lewis, Université de Victoria

 
Nathan Lewis

Titre : Examiner les effets protecteurs d'un engagement cognitif tout au long de la vie sur les trajectoires cognitives et le risque de conversion en maladie cognitive.

Financement : 66 000$

« Mes recherches pourraient aider les futures études visant à retarder l'apparition du déclin cognitif chez les personnes à risque. La participation à des activités stimulantes sur le plan cognitif peut être entreprise par des personnes de presque tout âge ou de toute capacité fonctionnelle. Conjugué aux traitements médicaux existants, ce type d’intervention peut ralentir la progression de la maladie. »


Étienne Myette-Côté, Université de Sherbrooke

 
Etienne Myette-Cote

Titre : L'effet de la consommation chronique de boissons à base d'esters de cétones sur le métabolisme énergétique du cerveau et la fonction cognitive dans les cas de troubles cognitifs légers; un essai contrôlé randomisé.

Financement : 90 000$ (en partenariat avec la FRQS)

« Si la boisson cétonique améliore efficacement l’énergie du cerveau et son fonctionnement, nous mènerons une étude à grande échelle pour déterminer si cette boisson peut retarder l’apparition ou la progression de la maladie d’Alzheimer. »


Last Updated: 08/01/2019