À quoi vous attendre en recevant votre diagnostic?

Lecture en

Aucun test ne permet de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif. En comprenant vos antécédents médicaux et en examinant votre santé cognitive et physique, votre médecin pourrait établir un diagnostic, vous recommander d’autres examens ou vous orienter vers un spécialiste.

Senior woman petting her cat.

Consultez l’intégralité de notre brochure pour plus d’informations sur comment obtenir un diagnostic. Vous pouvez également télécharger la totalité de la trousse à outils qui vous orientera tout au long du processus.

L’évaluation initiale

La première mesure que prendra votre médecin de famille pour déterminer si vous êtes atteint (ou non) d’un trouble neurocognitif est de mener une évaluation initiale.

Au cours de celle-ci, il vous posera des questions au sujet de vos antécédents médicaux et vous demandera de passer des examens physiques et cognitifs. Ce faisant, il éliminera les autres causes possibles et recueillera plus d’informations pour établir son diagnostic.

Les questions sur vos antécédents médicaux

Votre médecin aura besoin d’informations détaillées sur vos antécédents médicaux, y compris les symptômes que vous observez ainsi que sur votre santé et vos habitudes de vie actuelles. Ces questions peuvent comprendre :

  • À quoi ressemblent vos symptômes ? Pouvez-vous les décrire ?
  • Quand avez-vous commencé à les remarquer ?
  • Quels sont les antécédents médicaux et psychologiques de votre famille ?

Quelques conseils sur comment discuter des troubles neurocognitifs avec votre médecin.

Examen portant sur l’état mental

Votre médecin pourrait aussi mener des tests relativement à votre état mental pour mesurer votre notion du temps et de l’espace, ainsi que votre capacité à vous souvenir, vous exprimer et effectuer des calculs simples. Ces tests peuvent comprendre des exercices, comme se souvenir des certains mots et de certains objets, des dessins, épeler certains mots et des questions comme « En quelle année sommes-nous ? »

Un exemple d’examen portant sur l’état mental est le Montreal Cognitive Assessment (MoCA) ou Évaluation cognitive de Montréal : un test qui mesure les facultés de jugement, de planification, de résolution de problèmes, de raisonnement et de mémoire.

Examens physiques

Pour éliminer les autres causes, votre médecin pourrait aussi mener un examen physique :

  • Il cherchera à savoir si vous avez des problèmes cardiaques, pulmonaires, hépatiques, rénaux ou thyroïdiens qui pourraient être à l’origine des symptômes.
  • Pour évaluer si un autre trouble du système nerveux pourrait être à l’origine des symptômes, il pourrait tester le tonus et la force musculaire, la coordination, le mouvement des yeux, la parole et les sensations.

Votre médecin pourrait aussi mener un certain nombre de tests mesurant la tension artérielle, le niveau de cholestérol, la fonction thyroïdienne et le niveau de vitamines.

Examens supplémentaires

Après l’évaluation initiale, votre médecin décidera s’il a les informations nécessaires pour établir son diagnostic. Sinon, il pourrait vous recommander de passer d’autres tests, comme des tests de laboratoire. Ceux-ci prennent plus de temps, mais ils assureront l’exactitude du diagnostic.

Tests sanguins

Votre médecin pourrait vous faire passer des tests sanguins détaillés. Ils permettront de définir si vous avez des problèmes cardiaques, pulmonaires, hépatiques, rénaux ou thyroïdiens qui pourraient être à l’origine des symptômes.

Examens par imagerie cérébrale

Un certain nombre d’examens par imagerie cérébrale pourraient aussi être nécessaires pour déceler s’il y a des traces d’un AVC récent ou des changements dans vos vaisseaux sanguins, comme des saignements.

Dans certains centres, on pourrait utiliser des scintigrammes. Les tests suivants pourraient être recommandés, mais ils ne sont pas toujours nécessaires pour établir un diagnostic :

  • Tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces examens permettent de prendre des photos du cerveau et de montrer sa structure. Grâce à ces examens, les médecins pourront également dire s’il y a un rétrécissement de certaines régions du cerveau.
  • Tomographie d’émission monophotonique. Cet examen montre de quelle façon le sang circule dans le cerveau.
  • Tomographie d’émission de positons (TEP). Cet examen montre la manière dont répondent les différentes parties du cerveau au cours de certaines activités, comme en lisant ou en parlant. Cet examen est généralement mené après une période de repos de 45 minutes.

Autres tests de laboratoire

D’autres tests, comme les radiographies et les électroencéphalogrammes, pourraient être menés pour définir l’origine du problème.

L’orientation chez un spécialiste

Votre médecin pourrait aussi vous recommander de vous rendre dans une clinique de la mémoire, ou chez un spécialiste pour y subir plus de tests. Si, selon vous, un tel aiguillage pourrait être utile et que votre médecin ne le suggère pas, vous pouvez alors en faire la demande.

Voici quelques exemples de spécialistes qualifiés : psychologue, psychiatre, neurologue, gériatre, infirmière, travailleur social, ou ergothérapeute. Ces spécialistes chercheront à trouver les problèmes associés à votre mémoire, à vos capacités de raisonnement, de langage et de jugement, et comment ceux-ci affectent votre fonctionnement au quotidien.

Le neurologue

Un neurologue se spécialise dans les troubles cérébraux et les voies nerveuses. Certains neurologues ont une expérience particulière dans l’établissement des diagnostics de troubles neurocognitifs.

Le gériatre

Le gériatre se spécialise dans les maladies et les handicaps physiques associés à l’âge et dans les soins prodigués aux aînés.

Le psychiatre

Le psychiatre se spécialise dans le diagnostic et le traitement d’un large éventail de problèmes de santé mentale. Une évaluation psychiatrique pourrait être utile pour exclure d’autres maladies comme la dépression, celle-ci peut en effet provoquer des symptômes similaires à ceux associés à la maladie d’Alzheimer.

Ces spécialistes peuvent agir en complémentarité sur les domaines de spécialité de l’un ou de l’autre :

  • Les tests neuropsychologiques peuvent évaluer votre mémoire, vos capacités à raisonner et à écrire.
  • Les gérontopsychiatres sont des psychiatres plus spécialisés dans la santé mentale des aînés, y compris dans les troubles neurocognitifs.

Évaluation continue

À l’issue des examens, vous continuerez probablement de consulter votre médecin de famille pour une évaluation continue.

Si la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif est diagnostiqué, prenez un rendez-vous chez votre médecin de famille de temps en temps pour évaluer les changements et discuter de tout problème.

Votre médecin pourra encore vous aider de nombreuses manières. Il pourra par exemple :

  • Vous aiguiller vers un spécialiste qui vous aidera à évaluer les changements.
  • Vous donner des conseils sur comment affronter les difficultés particulières auxquelles vous faites face.
  • Vous mettre en contact avec votre Société Alzheimer locale et vous orienter vers des programmes et des services au cœur de votre communauté, comme Premier lienMD. Ces programmes et services vous fourniront des informations sur les troubles neurocognitifs, des ressources et de l’aide qui vous aideront à préserver votre qualité de vie.

Votre médecin de famille est également responsable de votre état de santé général si vous êtes atteint d’un trouble neurocognitif.

Découvrez les premières mesures à prendre après le diagnostic.

Points importants à connaître

  • Aucun test ne permet de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif.
  • Le diagnostic s’établit au moyen d’une évaluation systématique, elle prend en compte vos antécédents médicaux ainsi qu’un certain nombre de tests qui éliminent les autres causes possibles.
  • Puisque beaucoup de choses peuvent intervenir dans le processus, y compris des tests de laboratoire et des consultations avec des spécialistes, l’établissement d’un diagnostic officiel et concluant peut prendre un certain temps.
  • Seuls votre médecin ou un spécialiste qualifié, comme un neurologue ou un psychiatre, peuvent établir un diagnostic officiel.
  • Les auto-évaluations en ligne qui prétendent pouvoir diagnostiquer la maladie peuvent être inexactes, trompeuses et vous exposer à un risque.
  • Jusqu’à l’établissement d’un diagnostic officiel et concluant, les médecins pourraient continuer à utiliser des expressions comme « maladie d’Alzheimer probable » ou « troubles neurocognitifs probables ». Mais tant que le diagnostic n’est pas formellement établi, ne supposez pas que vous êtes atteint (ou non) d’un trouble neurocognitif.
  • Si vous recevez un diagnostic de trouble neurocognitif, continuez de consulter votre médecin pour lui faire part des changements et évaluer les problèmes auxquels vous pourriez être confronté. Après l’établissement du diagnostic, vous pouvez prendre certaines mesures initiales recommandées.