La discrimination et les préjugés : 10 manières de les combattre

Lecture en

Lutter contre la discrimination et les jugements? C’est plus simple que vous ne le croyez. Découvrez comment avoir un impact positif sur la vie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’un autre trouble neurocognitif.

Société Alzheimer Society

Avant de lire cette page, nous vous encourageons à explorer les différentes formes que peuvent prendre la discrimination et les jugements.

À quoi ressemble la discrimination à l’égard des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif?

Saviez-vous que janvier est le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer au Canada? Ce mois-là, nous encourageons les organismes partout au Canada, ainsi que des personnes comme vous, à en apprendre plus au sujet des troubles neurocognitifs et sur leur impact sur les Canadiens.

Découvrez-en plus sur le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer.

1. Renseignez-vous sur les troubles neurocognitifs

Parler des troubles neurocognitifs diminue nos craintes et nous permet de mieux comprendre. La Société Alzheimer dispose de nombreuses ressources en ligne et imprimées que vous pouvez utiliser pour en apprendre plus sur les troubles neurocognitifs.

Une fois que vous en saurez un peu plus, parlez-en à d’autres. Si vous entendez quelque chose de trompeur ou de faux sur les troubles neurocognitifs, n’ayez pas peur de le remettre en question.

Apprenez-en plus sur les troubles neurocognitifs.

2. Ne faites pas de supposition

La maladie d’Alzheimer est une maladie progressive qui affecte chaque personne différemment. Un diagnostic ne signifie pas que la personne devra arrêter sa routine quotidienne ou arrêter de travailler du jour au lendemain.

Si une personne vous dit qu’elle a reçu un diagnostic de trouble neurocognitif, croyez-la sur parole. Même si elle ne semble pas assez « âgée », elle pourrait être atteinte d’un trouble neurocognitif à début précoce.

Pour toute question au sujet des troubles neurocognitifs, contactez-nous : Votre Société locale peut vous donner une réponse et vous diriger vers des ressources supplémentaires. Vous pouvez également envoyer vos questions à la Société Alzheimer du Canada à [email protected].

Contactez-nous si vous avez des questions au sujet des troubles neurocognitifs.

3. Utilisez un langage centré sur la personne

On ne tolère pas les blagues racistes ni celles portant sur d’autres maladies comme le cancer. Et pourtant : les blagues sur les troubles neurocognitifs sont répandues. Ne rabaissez pas les personnes atteintes en faisant des blagues sur leur dos.

Pour qu’une personne puisse bien vivre avec un trouble neurocognitif, il importe de renforcer sa dignité, son indépendance et son identité individuelle. Utiliser un langage centré sur la personne peut vous aider à vous focaliser sur ces principes lorsque vous parlez des troubles neurocognitifs et des personnes qui en sont atteintes.

Découvrez-en plus au sujet du langage centré sur la personne.

4. Soyez un ami

Les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif ne veulent pas perdre leurs amis ni arrêter de participer aux activités qu’elles aiment.

Soutenez-les. Restez en contact avec elles. Les activités sociales aident à ralentir la progression de la maladie et indiquent aux personnes atteintes que vous vous souciez d’elles.

Découvrez-en plus sur comment être ami des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif.

5. Écoutez les personnes qui sont victimes de discrimination et du jugement des autres

La Société Alzheimer se mobilise pour sensibiliser le public aux réalités des troubles neurocognitifs et combattre les effets de la discrimination. Cependant, il n’y a pas de meilleur moyen de savoir ce qu’est la discrimination que de l’entendre de la bouche des personnes qui la vivent.

Rendez-vous à jevisaveclalzheimer.ca pour lire les histoires de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif, de familles et de proches aidants. Laissez-les vous aider à comprendre ce que c’est d’affronter la discrimination.

Lisez leur histoire.

6. Testez votre attitude

Répondez à notre questionnaire sur la désinformation et les stéréotypes sur les troubles neurocognitifs. Six scénarios y sont décrits et on vous demande comment vous réagiriez dans telle ou telle situation.

Il ne vous demandera que 5 à 10 minutes. Pas de bonne réponse ni de mauvaise réponse. Mais vous pourriez être surpris des résultats!

Testez votre attitude à l’égard des troubles neurocognitifs.

7. Encouragez le diagnostic précoce

Les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif peuvent avoir une vie productive et bien remplie pendant de nombreuses années après un diagnostic précoce. Le diagnostic précoce aide la personne et les membres de sa famille à en apprendre plus sur la maladie, à se fixer des attentes réalistes et à planifier l’avenir ensemble.

En encourageant le diagnostic précoce, vous pouvez aider à éliminer la discrimination à l’égard des personnes atteintes.

Les 10 avantages du diagnostic précoce.

8. Soutenir le proche aidant

Les proches aidants ont besoin de soutien eux aussi. S’informer sur ce qu’ils traversent est un bon début. La plupart des proches aidants aimeraient que plus de gens comprennent les réalités associées aux soins des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif.

Si vous connaissez un proche aidant, témoignez-lui de la compréhension et proposez-lui votre aide. Il l’appréciera.

Sachez comment soutenir le proche aidant.

9. Restez informé

Suivez la Société Alzheimer du Canada sur Facebook, Twitter et Instagram pour lire les dernières nouvelles sur les troubles neurocognitifs ainsi que des histoires de personnes qui vivent avec ces maladies. Partager ces histoires permet de mieux sensibiliser les personnes qui peuplent vos réseaux sociaux.

Facebook : @AlzheimerCanada
Twitter : @AlzCanada
Instagram : @alzheimercanada (en anglais uniquement)

Nous vous encourageons aussi à soutenir nos campagnes de sensibilisation aux nombreux problèmes entourant les troubles neurocognitifs au Canada. Des initiatives, comme le Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, le Canada ami des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif et la stratégie nationale sur la démence visent à atténuer la discrimination et les jugements à l’égard des personnes atteintes d’un trouble neurocognitif, des familles et des proches aidants au Canada.

Découvrez comment vous pouvez changer les esprits.

10. Souvenez-vous de la personne

Par-dessus tout, il est important de se souvenir que les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif sont encore des personnes. Les troubles neurocognitifs ne peuvent changer cette réalité.

Ce qui est constant, ce sont les vies à vivre, les rêves à réaliser et les personnes à aimer.

Si un de vos amis ou un membre de votre famille a reçu un diagnostic de trouble neurocognitif, sachez que les sentiments de perte et de deuil sont normaux. Ils seront vraisemblablement plus intenses à mesure de la progression de la maladie.

La personne peut cependant vivre une vie normale avec un trouble neurocognitif, mais aussi préserver sa qualité de vie aussi longtemps que possible. Aidez-la à vivre normalement aussi.

Sachez comment soutenir une personne atteinte d’un trouble neurocognitif.

Plus de liens et de ressources utiles

https://ilivewithdementia.ca/wp-content/uploads/2019/12/SYNOPSIS_ENQUETE-_SUR_LA_SENSIBILISATION.pdf

Synopsis — Enquête sur la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer 2017. Société Alzheimer du Canada, 2017. Nous avons interrogé plus de 1500 Canadiens pour mesurer leurs attitudes et la manière dont ils perçoivent la maladie d’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs. Découvrez les résultats.

https://jevisaveclalzheimer.ca/

jevisaveclalzheimer.ca. Société Alzheimer, 2020. Préparé dans le cadre du Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, ce microsite rassemble des histoires de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif, de familles et de proches aidants. Vous en apprendrez un peu plus sur la discrimination et les jugements et trouverez la Société Alzheimer la plus proche de chez vous.