Les troubles cognitifs légers

Lecture en

Les troubles cognitifs légers (« TCL ») affectent la mémoire et d’autres capacités, mais pas aussi gravement que les autres troubles neurocognitifs. On peut encore continuer à faire ses tâches quotidiennes et ses routines sans interruption, mais le risque de développer un trouble neurocognitif est plus élevé.

maladies2

Pour plus d’informations à ce sujet, consultez notre brochure téléchargeable facile à imprimer.

Aperçu

Les personnes atteintes d’un trouble cognitif léger (communément abrégé « TCL ») ont des problèmes de mémoire, de langage, de raisonnement ou de jugement qui sont plus importants que les altérations cognitives liées au vieillissement normal. Comme son nom l’indique, les problèmes sont légers — c’est-à-dire qu’ils ne sont pas aussi graves que les problèmes que vit une personne atteinte d’un trouble neurocognitif.

Les altérations dans les capacités cognitives ne sont habituellement pas assez sérieuses pour nuire à la vie quotidienne ou à l’autonomie de la personne. Cependant, les membres de la famille, les amis et la personne atteinte remarqueront peut-être ces changements que les tests pourront mesurer objectivement.

Les symptômes

Une personne atteinte de TCL peut vivre une large gamme de symptômes, comme :

  • des problèmes de mémoire (pour la majorité des gens, c’est la capacité la plus touchée);
  • un affaiblissement des capacités de réflexion;
  • des problèmes de langage;
  • une désorientation dans le temps et l’espace;
  • un jugement amoindri; et
  • une perte de perception de la profondeur.

Les TCL peuvent augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif. Cependant, certaines personnes restent stables et d’autres améliorent même leurs capacités cognitives au fil du temps. Les personnes atteintes d’un TCL ne développent pas nécessairement la maladie d’Alzheimer ou un autre trouble neurocognitif. Les causes et les conséquences d’un TCL sont multiples.

Voyez quelles sont les différences de mémoire entre une personne atteinte d’un trouble cognitif léger, une personne atteinte d’un trouble neurocognitif et une personne ayant des changements normaux liés à l’âge.

Diagnostic

Le professionnel de la santé établit son diagnostic en évaluant les changements cognitifs et comportementaux de la personne, en tenant compte de toutes les causes possibles et en discutant avec elle de la gravité et de la fréquence des symptômes. Il n’existe pas de test spécifique permettant d’établir un diagnostic de TCL. Si l’on soupçonne un trouble cognitif léger, un certain nombre de tests physiques et cognitifs seront probablement effectués.

Le diagnostic d’un TCL soulève de nombreuses questions sans réponses. En se tournant vers des services d’information, d’éducation et de soutien, la personne atteinte d’un TCL et les membres de sa famille trouveront des réponses pratiques qui les aideront à bien vivre avec cette maladie.

L’obtention d’un diagnostic est également importante, à cause du risque plus élevé de trouble neurocognitif. Si vous êtes atteint d’un TCL, songez aux facteurs de risque modifiables (p. ex. régime alimentaire, exercice ou stress) qui peuvent vous aider à diminuer ce risque.

Plus d’informations et de ressources

Living with mild cognitive impairment (MCI). (vivre avec un TCL) brainXchange. Ce webinaire (en anglais) explique les différences entre le TCL, le processus de vieillissement normal et les troubles neurocognitifs; comment il est diagnostiqué, comment il affecte la personne atteinte et sa famille et comment le traiter.