Qu’est-ce que l’aducanumab?

Lecture en

L’aducanumab est le dernier traitement clinique pour la maladie d’Alzheimer en près de vingt ans. Vous trouverez ici les réponses à quelques-unes de nos questions les plus fréquemment posées au sujet de l’aducanumab — puis un lien a notre nouveau sondage.

Healthcare provider showing a senior woman in her care something on her tablet.

Contexte

L’aducanumab (dont le nom de marque est Aduhelm) est le tout dernier traitement clinique de la maladie d’Alzheimer. En juin, la FDA l’a approuvé sur une base restreinte aux États-Unis. Il s’agit du premier traitement modificateur de la maladie pour cette affection depuis près de 20 ans. Ça pourrait être une importante nouvelle pour les plus d’un demi-million de personnes au Canada atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’un autre trouble neurocognitif.

Bien que cette approbation soit notable, quelques considérations sont importantes :

L’aducanumab est-t-il disponible au Canada?

Pour que l’aducanumab soit disponible au Canada, il doit faire l’objet d’une approbation règlementaire de la part de Santé Canada pour assurer sa sécurité et son efficacité.

Un autre élément est un examen facultatif axé sur la valeur, réalisé par l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) pour la plupart des provinces ou par l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) pour le Québec.

Comment puis-je exprimer mes opinions de l’aducanumab au Canada?

Si vous souhaitez exprimer tes opinions de l’aducanumab au Canada, vous disposez de quelques options :

Existe-t-il des sites d’essais cliniques au Canada, où je pourrais avoir accès à l’aducanumab?

La Société Alzheimer du Canada n’a pas connaissance d’essais cliniques canadiens en cours accueillant des candidats pour l’instant. Nous actualiserons cette page à mesure que nous recevons des informations concernant des essais sur l’aducanumab au Canada.

Puis-je me rendre aux É.-U. pour avoir accès à l’aducanumab?

Les Canadiens peuvent voyager hors du pays pour chercher un traitement médical, mais dans la plupart des circonstances, ce médicament engendrerait une dépense à vos frais. Vérifiez auprès de votre régime provincial d’assurance-médicaments pour savoir quels frais pourraient être remboursés.

Qui peut prendre l’aducanumab?

L’aducanumab ne convient toutefois pas à toutes les personnes à tous les stades des troubles neurocognitifs. La FDA aux É.-U. recommande que le médicament ne soit utilisé que par les personnes vivant avec un trouble cognitif léger (TCL) ou au stade léger de la maladie d’Alzheimer. Actuellement, le médicament est uniquement approuvé aux É.-U. (voir L’aducanumab est-il disponible au Canada?)

Si vous souhaitez savoir si l’aducanumab vous convient, discutez avec votre médecin, ou un prestataire de soins approprié pour obtenir plus d’informations.

Comment fonctionne l’aducanumab?

On rapporte que l’aducanumab ralentit le déclin des compétences cognitives et des capacités fonctionnelles. Pour cela, il élimine l’accumulation de la protéine bêta-amyloïde nocive dans le cerveau. On croit que celle-ci provoque la maladie d’Alzheimer. Cependant, ces effets n’ont été démontrés que chez les personnes ayant des problèmes légers de mémoire ou de réflexion.

L’aducanumab est administré par voie intraveineuse (IV) toutes les 4 semaines. Les patients traités avec l’aducanumab devront se soumettre à une imagerie par résonance magnétique (IRM) avant le traitement et plusieurs fois après les traitements.

Les effets secondaires de l’aducanumab peuvent comprendre des anomalies d’imagerie liées à l’amyloïde (AILA) — œdèmes cérébraux et microhémorragies — sidérose superficielle (accumulation toxique de protéines), gonflement de la peau, urticaire, maux de tête, confusion, délires, état mental altéré, désorientation, chutes, vertiges, troubles visuels, nausées et diarrhées.

L’aducanumab coûte environ 4312 US $ par infusion, soit environ 56 000 US $ par an.

Quelle est la position de la Société Alzheimer concernant l’annonce sur l’aducanumab?

La Société Alzheimer du Canada a un optimisme prudent de l’approbation d’un nouveau traitement pour la maladie d’Alzheimer. Cette nouvelle est, potentiellement, une étape importante pour les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer.

Cependant, l’aducanumab ne convient qu’à certaines personnes à certains stades de la maladie d’Alzheimer. Plus d’investissements dans la recherche sur les troubles neurocognitifs sont nécessaires pour offrir aux personnes atteintes et leur famille de meilleurs traitements et des traitements innovants et trouver un remède contre ces maladies qui prennent de plus en plus d’importance. La Société Alzheimer du Canada s’engage à financer des projets de recherche novateurs sur les troubles neurocognitifs qui se concentrent sur la prévention, le diagnostic, le traitement et la découverte de remèdes contre la maladie d’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs.

Quels autres médicaments sont disponibles pour traiter la maladie d’Alzheimer?

Il existe actuellement quatre médicaments approuvés par Santé Canada qui peuvent traiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Ces médicaments peuvent ralentir la vitesse du déclin cognitif, ou aider avec certains symptômes, comme les changements d’élocution, les capacités de réflexion et le mouvement.

Quels autres médicaments sont actuellement en phase 2 et 3 d’essais cliniques? Certains d’entre eux sont-ils prometteurs?

Plusieurs médicaments sont actuellement à l’essai. Au total, en 2020, on dénombrait 126 agents dans 152 essais qui évaluent de nouvelles thérapies pour la maladie d’Alzheimer :

  • 28 traitements dans des essais en phase 3;
  • 74 en phase 2; et
  • 24 en phase 1.

La maladie d’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs sont des maladies complexes qui ne sont pas encore pleinement comprises. La plupart des recherches menées aujourd’hui se concentrent sur plusieurs domaines de recherche. Les chercheurs ont identifié des cibles prometteuses de nouveaux traitements visant à ralentir ou endiguer la progression de la maladie (p. ex., la neuroinflammation, l’accumulation des plaques bêta-amyloïde et la protéine tau dans le cerveau). On estime que les traitements futurs impliqueront des stratégies de réduction des risques et la combinaison de médicaments ou de dispositifs qui abordent plusieurs cibles de la maladie.

Alors que le nombre d’options de traitement actuellement à l’étude constitue une amélioration importante, le financement de la recherche sur les troubles neurocognitifs est encore à la traîne par rapport à celui des autres maladies importantes. Par conséquent, moins de médicaments sont prévus pour les essais cliniques. Plus de recherches sont nécessaires pour examiner de meilleures options pour le traitement de toutes les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif.

Vous cherchez plus d’informations?