Réagir à votre diagnostic

Lecture en

Votre médecin vient de vous annoncer que vous êtes atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’un autre trouble neurocognitif. C’est peut-être un choc. Vous pourriez autrement être soulagé de pouvoir enfin mettre un nom sur ces symptômes.

Doctor talking to a senior woman with a sad expression.

Si vous recevez un diagnostic de trouble neurocognitif, sachez que vous n’êtes pas seul. La Société Alzheimer dispose des ressources et du matériel qui vous aideront à écrire ce nouveau chapitre de votre vie.

Découvrez les aides et le soutien disponibles.

Les émotions que vous pourriez vivre

Entendre la nouvelle que vous avez un trouble neurocognitif s’accompagnera immanquablement d’un tourbillon d’émotions. Vous pourriez vivre et revivre ces émotions dans n’importe quel ordre.

1. Choc et stupéfaction

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ou d’un autre trouble neurocognitif peut causer un terrible choc, même quand on s’y attend un peu.

2. Incrédulité et déni

Ça ne peut pas m’arriver!

Ce n’est pas aussi grave que les médecins le disent.

Au début, le déni peut représenter une force positive. Il nous protège devant la terrible nouvelle, pendant que nous nous habituons intérieurement à cette nouvelle réalité. Cependant, vivre dans le déni ne vous aidera pas à cheminer correctement avec la maladie.

3. Une « tornade » ou une « montagne russe » de sentiments désagréables, où règnent colère et frustration; une gamme d’émotions douloureuses et intenses

Il faut du temps pour venir à bout des multiples réactions et émotions qui nous assaillent : frustration et colère face à la situation, à la maladie, envers les autres et parfois envers soi-même.

Cependant, vous pourriez aussi éprouver une sorte de soulagement d’apprendre qu’il existe une raison médicale derrière les changements que vous avez remarqués dans vos capacités de réflexion et dans vos actions.

4. Découragement et tristesse

Tous éprouvent tour à tour :

  • un sentiment d’impuissance et de découragement face aux implications du diagnostic et face à leurs propres limites.
  • une tristesse profonde devant les conséquences néfastes de la maladie au fil de sa progression : le passé heureux qui ne reviendra plus, la santé maintenant hypothéquée et les années perdues d’un avenir compromis.
  • l’inquiétude et la peur. « Qu’est-ce qui va m’arriver maintenant? »

5. Acceptation

En acceptant votre diagnostic plutôt que de le combattre, vous pouvez commencer à vous adapter à votre nouvelle situation. L’acceptation vous demandera de reconnaitre et d’accepter que vos capacités changent et qu’il n’existe actuellement aucun traitement efficace ou méthode permettant d’endiguer ces changements.

La gamme de réactions et d’émotions que vous traversez en recevant votre diagnostic n’est pas limitée dans le temps. Cependant, vous vivrez très certainement diverses émotions tout au long de votre cheminement avec un trouble neurocognitif. Vivre ces émotions est une chose normale et fait partie de l’expérience que toutes les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif doivent affronter.

Cependant, certaines de ces émotions peuvent entraîner du stress et de la dépression, qui peuvent affecter votre qualité de vie. Sachez qu’il y a des manières de gérer ces émotions pour bien cheminer avec la maladie.

Découvrez-en plus sur la gestion des émotions et du stress.

Que se passe-t-il ensuite?

Après vous avoir annoncé la nouvelle, votre médecin pourrait vous aiguiller vers votre Société Alzheimer locale par l’entremise d’un programme de référence comme Premier lienMD. Il pourra aussi vous indiquer les étapes à suivre.

Dans le cas contraire, vous pouvez nous contacter directement. Notre site Web contient beaucoup de ressources et d’informations qui vous permettront d’en apprendre plus au sujet des troubles neurocognitifs. Vous pourrez aussi contacter votre Société locale.

Découvrez les premières étapes à suivre après le diagnostic.