safety-at-home-learning-from-those-with-dementia-and-their-caregivers

La plupart des personnes hospitalisées attendent avec impatience de rentrer à la maison. Les personnes atteintes d'une maladie cognitive ne sont pas différentes à cet égard, mais leur retour à la maison pose des risques importants pour leur sécurité : chutes, blessures, incendies et fugues en sont quelques exemples.

C'est pourquoi les professionnels de la santé recommandent souvent d'apporter des modifications à la maison ou d'obtenir de l'aide. Mais voici la réalité : les évaluations faites à l'hôpital se déroulent à l'extérieur de la zone de confort du patient. Cela signifie que les résultats ne refléteront peut-être pas précisément les risques réels. Les personnes atteintes d'une maladie cognitive savent peut-être utiliser en toute sécurité leur propre cuisinière, mais pas celle de l'hôpital, et les professionnels de la santé peuvent surestimer les dangers pour le patient après sa sortie de l'hôpital.

Même les évaluations à la maison peuvent aller de travers : les patients qui viennent tout juste d'obtenir leur congé peuvent se comporter de manière différente lorsqu'ils savent qu'ils se font évaluer. De plus, leurs capacités peuvent changer selon l'heure de la journée où se tient l'évaluation. Leur manière d'être avant la prise de médicaments, ou en soirée, ne reflète pas toujours leur comportement normal. Ces capacités peuvent également changer avec la progression de la maladie, ce qui rend l'évaluation initiale désuète.

VeroniqueProvencher

Chercheuse en santé à l'Université de Sherbrooke, Mme Véronique Provencher veut aller au fond des choses. Elle vient tout juste de lancer une étude visant à faire la lumière sur la meilleure façon de répondre aux besoins des personnes atteintes d'une maladie cognitive lorsqu'elles reçoivent leur congé de l'hôpital.

Cette recherche revêt pour elle une signification particulière : « Ma grand-mère est ma source de motivation. Elle ne voulait qu’une seule chose: vivre dans sa propre maison, malgré les risques que cela représentait et malgré le fait que nous sentions qu'elle avait besoin d'aide », souligne-t-elle.

Sa recherche, financée par Fasken Martineau, s'appuiera sur 12 études de cas. Dans chaque cas, elle interrogera un patient au stade précoce de la maladie d'Alzheimer, l'aidant principal, l'un des ergothérapeutes qui a évalué le patient à l'hôpital et un autre qui a évalué le patient à la maison.

L'une des raisons pour lesquelles cette étude est particulièrement intéressante, c'est qu'elle incorpore les opinions des personnes atteintes d'une maladie cognitive et celles de leurs aidants. Mme Provencher les interrogera avant que le patient ne sorte de l'hôpital, six semaines plus tard et de nouveau après trois mois et six mois.

« La famille et le patient participent habituellement à l'évaluation des risques, du moins dans une certaine mesure, précise Mme Provencher. Cependant, les recommandations finales ne se préoccupent pas toujours de savoir si ces risques et le soutien recommandé pour les minimiser sont acceptables pour le patient et sa famille. »

Les quatre participants à chacune des études de cas devront fournir des réponses détaillées à une série de questions. Elles porteront entre autres sur des exemples précis de risques, qu'ils soient perçus comme acceptables ou non, et sur le type de soutien qui serait nécessaire selon eux pour diminuer ces risques.

Mme Provencher s'attend à obtenir des résultats vers la fin de 2017. Elle tiendra une série de conférences pour en faire part aux professionnels des soins de santé, aux patients et aux familles.

« J'ai bon espoir que les connaissances acquises nous aideront à fournir des soins et des services plus adéquats, de manière à mieux répondre aux besoins des patients et des aidants, ce qui nous permettra d'optimiser la sécurité et le soutien à la maison », précise-t-elle en terminant.

Vous voulez offrir de meilleurs soins aux personnes atteintes de l'Alzheimer ou d'une maladie apparentée et guérir ces maladies? Le Programme de recherche de la Société Alzheimer finance les projets de recherche les pus prometteurs. Peu importe ce que vous donnez aujourd'hui, vous nous aiderez à atteindre notre objectif plus rapidement.


Last Updated: 08/22/2016