Le magasinage comme indicateur de bien-être

La prise en charge d'une personne atteinte d'une maladie cognitive peut créer de petits changements dans votre manière de vivre dans votre quartier. Ensemble, ces changements peuvent grandement transformer votre qualité de vie.

Vous cesserez peut-être d'aller à l'épicerie près de chez vous en raison de l'attitude irrespectueuse des employés à l'égard de votre conjoint ou de votre parent. Ou bien, vous renoncerez à votre salon de coiffure préféré parce qu'il est trop loin et que vous ne voulez pas vous absenter trop longtemps.

MarjorieSilvermanCes petits changements en apparence subtils dans la manière d'utiliser l'espace public et semi-public peuvent avoir des conséquences sur les relations sociales des aidants. Mme Marjorie Silverman, gérontologue sociale de l'Université d'Ottawa, veut savoir exactement comment ces relations sociales sont perturbées et comment la qualité de vie des aidants en est affectée.

« Je me demande si les changements dans les habitudes de vie des aidants érodent les liens qu'ils entretiennent avec le monde. On encourage beaucoup les soins à domicile, en raison de leurs avantages, mais ils mettent beaucoup de pression sur les épaules des aidants », déclare Mme Silverman.

Seules quelques études, principalement réalisées en Europe, ont tenté de comprendre comment les aidants interagissent avec leur voisinage. D'une durée de trois ans, la recherche de Mme Silverman, cofinancée par le Programme de recherche de la Société Alzheimer et Fasken Martineau, sera la première à aborder cette question au Canada.

Ses conclusions s'ajouteront à celles d'une étude plus vaste menée en Écosse, en Angleterre et en Suède. L'objectif est d'en arriver un jour à mettre au point ce qu'elle appelle un « outil d'intervention » pour fournir aux aidants des stratégies créatives de renforcement de leurs liens sociaux par une meilleure utilisation de l'espace public.

Mme Silverman commencera par établir une « carte de réseau social » en fonction des personnes avec qui l'aidant interagit au cours d'une semaine normale. Cette carte précisera l'importance relative de ces personnes dans la vie de l'aidant. Elle indiquera également si l'aidant leur parle souvent au téléphone, ou la distance que ces personnes doivent parcourir pour lui rendre visite.

En outre, Mme Silverman accompagnera les aidants, à pied ou en voiture, aux endroits qui sont importants pour eux dans leur quartier. « Les aidants détermineront la durée du trajet et la destination de ces déplacements. Je leur demanderai pourquoi ils viennent ici et pourquoi cet endroit est important pour eux, poursuit Mme Silverman. Viennent-ils à ces endroits avec ou sans la personne dont ils prennent soin. Cela s'avère également très révélateur. »

De plus, elle donnera à chaque aidant un appareil photo pour photographier les endroits visités. Mme Silverman regardera ensuite les photos avec chaque aidant et lui demandera de préciser pourquoi ces endroits sont importants.

« Notre objectif ultime est de mettre au point des recommandations sur l'utilisation judicieuse de l'espace afin de donner aux aidants le sentiment d'exister pleinement, au-delà de leur rôle d'aidant », conclut Mme Silverman.

Vous voulez offrir de meilleurs soins aux personnes atteintes de l'Alzheimer ou d'une maladie apparentée et guérir ces maladies? Le Programme de recherche de la Société Alzheimer finance les projets de recherche les pus prometteurs. Peu importe ce que vous donnez aujourd'hui, vous nous aiderez à atteindre notre objectif plus rapidement.


Last Updated: 08/22/2016