Une meilleure qualité de vie grâce aux soins centrés sur la personne : coup d’œil sur notre initiative de changement de culture

PC P.E.A.R.L.S™

La plupart des personnes atteintes de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée préfèrent rester à la maison aussi longtemps que possible. Cependant, 57 pour cent d’entre elles vivent dans un établissement de soins de longue durée, et 70 pour cent de toutes ces personnes mourront dans un tel établissement.

Cette réalité signifie qu’il est d’autant plus important pour les personnes atteintes et les aidants de prendre de bonnes décisions sur les soins de longue durée.

Changer la culture des soins

En 2008, la Société Alzheimer a décidé de changer les attitudes en ce qui a trait aux soins de longue durée. Au lieu de parler du nombre de lits et du calcul des coûts, nous avons posé les questions suivantes :

  • Comment pouvons-nous travailler en collaboration pour améliorer l’expérience vécue par les personnes atteintes de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée dans les établissements de soins de longue durée?
  • Comment pouvons-nous faciliter et dédramatiser la transition vers des soins de longue durée pour les familles?
  • Comment pouvons-nous aider le personnel de soutien à donner des soins centrés sur les besoins de la personne et de sa famille, et non sur les besoins de l’établissement?

Dans cette optique, nous avons lancé une « initiative de changement de culture » dans les foyers de soins de longue durée, en aidant les résidents, les familles et les membres du personnel à travailler ensemble et à collaborer pour faire avancer les soins centrés sur la personne.

En 2011, notre brochure Lignes directrices sur les soins centrés sur la personne s’est intéressée davantage à la théorie qu’à la mise en pratique de cette démarche de soins.

Pour combler cette lacune, nous avons mis sur pied un comité de représentants et d’experts pour nous aider à choisir six foyers reconnus dans le domaine des soins centrés sur la personne et représentatifs de la diversité de l’ensemble du pays en ce qui a trait aux foyers de soins de longue durée.

On peut se réjouir du fait que ces foyers représentent seulement un petit échantillon des établissements qui ont déjà adopté cette démarche de soins centrés sur la personne au Canada. De plus en plus de foyers s’intéressent aux soins centrés sur la personne, et le personnel soignant utilise cette approche afin de trouver des solutions novatrices pour mieux répondre aux besoins complexes et uniques de leurs résidents. De nouvelles méthodes sont essayées continuellement pour voir ce qui fonctionne et changer les pratiques en conséquence. Dans les foyers que nous avons visités, nous avons relevé sept éléments clés à la base des soins centrés sur la personne. Nous les présentons dans nos feuillets d’information de la série RAPPELS pour aider les foyers à les mettre en pratique.

En comprenant les valeurs profondes, les souhaits et la personnalité de chaque résident, il est possible de prendre des initiatives originales pour lui offrir quotidiennement la journée la plus agréable possible, quel que soit le stade de sa maladie.

Les foyers qui ont adopté les soins centrés sur la personne reconnaissent que les membres de la famille font partie intégrante de l’équipe des soins parce qu’ils peuvent la guider en lui donnant des renseignements pertinents. Si le personnel connaît les habitudes de la personne, on pourra désamorcer les crises possibles à l’heure du bain par exemple, en choisissant de respecter ses préférences pour un bain en soirée plutôt qu’un bain le matin.

En changeant l’heure du bain, la personne se sentira mieux, elle sera plus calme et contente et le personnel éprouvera moins de difficultés à faire sa toilette. La famille se sentira rassurée si elle sait que son proche est plus heureux lorsqu’il reçoit les soins physiques dont il a besoin. Même si ce changement affecte plusieurs horaires, il bénéficie à toutes les personnes concernées.

Un pas dans la bonne direction

Pour procéder à un changement de culture, il faut changer notre façon de voir les choses. Recevoir un diagnostic de maladie d’Alzheimer n’implique pas nécessairement que la vie est terminée pour autant. Les personnes atteintes peuvent continuer à mener une vie enrichissante dans un environnement qui les respecte comme personnes à part entière, qui attache de l’importance à leur autonomie, à leur dignité et à leurs choix personnels, tout en mettant l’accent sur leurs forces et leurs capacités à l’aide d’activités adaptées.

Le modèle unique doit faire place à une approche individualisée pour nous permettre d’évoluer. Nous savons que cette solution ne règlera pas tous les problèmes que pose notre démographie vieillissante, mais il s’agit d’un pas tout à fait nécessaire dans la bonne direction.

Pour en apprendre plus sur le changement de culture, consultez www.alzheimer.ca/changementdeculture.


Last Updated: 04/28/2015