9 choses que chacun devrait savoir au Canada pour le Mois Mondial Alzheimer

Suroit
Lecture en

En septembre, apprenez à #ConnaîtreAlzheimer et les troubles neurocognitifs. Sensibilisez le public concernant le diagnostic précoce, les inégalités en matière de traitement ainsi que les dernières recherches sur ces maladies et la COVID-19 et bien plus encore.

Senior woman putting flowers in a glass vase while her granddaughter watches.

Depuis les dix dernières années, en septembre, c’est la campagne internationale : le Mois Mondial Alzheimer. Son objectif? Sensibiliser le public et remettre en question la stigmatisation qui entoure les troubles neurocognitifs.

Aussi, apprenez à #ConnaîtreAlzheimer et à connaître les troubles neurocognitifs sont les thèmes de la campagne de cette année. Dans le cadre de celle-ci, les organismes de partout dans le monde se concentrent sur la maladie d’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs – y compris le Canada! – et font pression pour agir en faveur du diagnostic précoce et pour augmenter les connaissances du public en la matière.

Voici quelques faits importants sur les troubles neurocognitifs à connaître et à diffuser autour de vous ce mois-ci – avec l’aimable autorisation de la campagne du Mois Mondial Alzheimer (en anglais) et la Société Alzheimer du Canada.

(Remarque: si vous ou une personne dont vous prenez soin, vivant avec la maladie d’Alzheimer ou autres formes de troubles neurocognitifs, avez besoin d’aide dès maintenant, sachez que vous n’êtes pas seul! Veuillez nous contacter au 1-877-773-0303 ou [email protected]La Société Alzheimer du Suroît offre des services gratuits  aux personnes et familles vivant avec la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de troubles neurocognitifs. Ces services incluent de l’information, du soutien psychosocial, de la formation, du répit et de la stimulation. Le territoire du Suroît comprend les MRC de Vaudreuil-Soulanges, Beauharnois-Salaberry, le Haut-Saint-Laurent, Kahnawake et le grand Châteauguay.)

1. Plus de 50 millions de personnes dans le monde vivent avec un trouble neurocognitif. Un chiffre et des conséquences qui s’alourdissent d’heure en heure.

MRI images.

Saviez-vous que toutes les 3 secondes, une personne développe un trouble neurocognitif dans le monde? Et qu’on s’attend à ce que le nombre de personnes atteintes soit multiplié par trois d’ici 2050, pour se monter à 152 millions.

En même temps, 35 % des proches aidants dans le monde expliquent avoir caché le diagnostic aux membres de leur famille à cause des craintes provoquées par la stigmatisation. Et 50 % des proches aidants dans le monde déclarent que leur santé a souffert à cause de leurs responsabilités – même s’ils expriment des sentiments plutôt positifs à propos de leur rôle.

Découvrez quelles sont les manières d’aider une personne atteinte d’un trouble neurocognitif et son proche aidant.

2. Les taux de diagnostic des troubles neurocognitifs illustrent un accès inégal dans le monde.

Nurse helping senior man wearing a mask.

Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, aussi peu que 10 % des personnes affectées par un trouble neurocognitif reçoivent un diagnostic. Dans les pays à revenu plus élevé cependant, c’est environ la moitié. Cette différence d’accès au diagnostic est importante.

Tous pays confondus, les personnes touchées font face à des obstacles pour recevoir du soutien après l’obtention de leur diagnostic, mais aussi pour recevoir un traitement et accéder aux soins. Le fait que 62 % des professionnels de la santé dans le monde pensent que les troubles neurocognitifs font partie du processus de vieillissement normal est aussi une source de préoccupation – alors que ce n’est pas du tout le cas.

Découvrez-en plus sur l’obtention du diagnostic.

3. Les chercheurs essaient encore de comprendre des liens possibles entre la COVID-19 et les troubles neurocognitifs.

Senior woman on a bus wearing a mask.

De nouvelles recherches dévoilées lors du Congrès international 2021 de l’Alzheimer’s Association (AAIC) (en anglais), montrent que certaines personnes qui ont contracté la COVID-19 pourraient présenter plus rapidement des symptômes de la maladie d’Alzheimer. Pour mieux cerner l’importance de ce problème, Alzheimer’s Disease International a constitué un groupe de travail.

En matière de soins aux personnes atteintes, la pandémie de COVID-19 a également souligné le manque de préparation des systèmes de santé mondiaux à offrir des services de routine et de soutien aux personnes vivant avec une maladie chronique, comme un trouble neurocognitif. Pendant le confinement et les restrictions, il est essentiel que les personnes plus âgées, en particulier celles atteintes d’un trouble neurocognitif – ne soient pas socialement exclues.

Consultez les ressources de la Société Alzheimer visant à aider les personnes touchées par un trouble neurocognitif à traverser la COVID-19.

4. Connaître les 10 signes précurseurs des troubles neurocognitifs est crucial.

Senior woman thinking, looking concerned.

Il n’existe aucun test simple permettant de dépister la maladie d’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs. Mais des recherches en cours se penchent sur des manières de les dépister plus rapidement et plus tôt, avant même l’apparition des symptômes. Mais pour le moment, on exige une combinaison de tests de mémoire et de scintigraphies

Entretemps, l’une des meilleures manières d’obtenir un diagnostic en temps opportun consiste à prêter attention aux 10 signes précurseurs des troubles neurocognitifs, et de contacter immédiatement votre médecin si ces signes sont nouveaux pour vous. 

Quels sont ces 10 signes précurseurs? Les pertes de mémoire; la difficulté à réaliser des tâches familières; les troubles du langage/d’élocution; la désorientation dans le temps et l’espace; le jugement affaibli; les difficultés avec les notions abstraites; égarer des choses; les changements d’humeur et de comportement; les changements de personnalité; et la perte d’intérêt.

Connaissez les 10 signes précurseurs des troubles neurocognitifs.

5. Un diagnostic précoce peut grandement aider à avoir une meilleure qualité de vie.

Senior woman and her granddaughter.

Les personnes vivant avec un trouble neurocognitif peuvent vivre une vie productive et active pendant de nombreuses années après l’obtention d’un diagnostic précoce. Ces maladies ne font pas partie du processus de vieillissement normal. Aussi, l’obtention rapide du diagnostic est cruciale pour contrôler la situation et planifier!

Recevoir un tel diagnostic en temps opportun permet aux personnes d’accéder à des informations, des ressources et du soutien. Cela peut aussi aider à démystifier et déstigmatiser la maladie, maximiser la qualité de vie et aider la personne à accéder à des thérapies médicamenteuses et non qui pourraient améliorer les symptômes et la cognition.

Les 10 avantages du diagnostic précoce.

6. Les gouvernements de partout dans le monde devraient essayer d’atteindre les objectifs du Plan mondial d’action de santé publique contre la démence de l’OMS d’ici 2025.

Family enjoying the horizon views.

Les gouvernements ont l’opportunité et la responsabilité de mieux sensibiliser le public, mieux dépister et diagnostiquer les troubles neurocognitifs. Ils peuvent y parvenir en atteignant les objectifs du Plan mondial d’action de santé publique contre la démence 2017-2025 (en anglais) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

Mieux sensibiliser le public est l’un des sept domaines clés de ce plan. L’OMS souhaite que tous les États membres mettent sur pied des campagnes de sensibilisation d’ici 2025. Les plans nationaux sur les troubles neurocognitifs sont les meilleurs outils dont disposent les gouvernements, mais on en dénombre actuellement que 40.

Découvrez-en plus sur la stratégie nationale sur la démence du Canada.

7. Les personnes vivant avec un trouble neurocognitif au Canada travaillent main dans la main et connaissent des succès.

Mario Gregorio qui est atteint d’un trouble neurocognitif s’exprime lors d’une réunion du groupe consultatif.
Mario Gregorio qui est atteint d’un trouble neurocognitif s’exprime lors d’une réunion du groupe consultatif.

Les personnes vivant avec un trouble neurocognitif au Canada ont contribué à défendre la mise en place d’une stratégie nationale sur la démence. Cela a poussé le gouvernement fédéral du Canada à lancer une stratégie officielle en juin 2019. Ces personnes ont aussi mis au point la Charte canadienne des droits des personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Ce document, publié en 2018, est éclairé par leurs points de vue et expériences uniques. 

Saviez-vous que les personnes ayant une expérience vécue des troubles neurocognitifs participent directement aux décisions et à la direction de la Société Alzheimer du Canada par l’entremise de son groupe consultatif? Ce groupe aide à passer en revue les demandes de subvention de recherche, donner son point de vue sur les directions stratégiques et bien plus encore. Nous accueillons toutes les personnes au Canada ayant une expérience vécue des troubles neurocognitifs à se joindre à ce groupe et à faire une différence!

Découvrez-en plus au sujet du groupe consultatif des personnes ayant une expérience vécue des troubles neurocognitifs de la Société Alzheimer.

8. Les troubles neurocognitifs ont un énorme impact sur la vie des Canadiens… et bien plus est à venir.

Young woman looking up something on her laptop.

La Société Alzheimer du Canada estime qu’il y a plus de 500 000 personnes vivant avec un trouble neurocognitif au Canada en ce moment. Ce chiffre passera à près d’un million d’ici 2030.

Il y a de bonnes chances pour que vous connaissiez une personne atteinte d’un trouble neurocognitif – ou que vous receviez un diagnostic dans le futur. Chaque année, 76 000 personnes au Canada reçoivent un diagnostic. Aussi, un Canadien sur cinq déclare avoir eu l’expérience de la prestation des soins.

Pour que chacun obtienne les soins et le soutien nécessaires, il est important de suivre précisément ces chiffres. Malheureusement, nous devons encore combler quelques lacunes dans nos connaissances. Par exemple, les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif à début précoce (diagnostic reçu avant 65 ans) ne sont pas actuellement dénombrées dans les statistiques du gouvernement fédéral concernant la prévalence des troubles neurocognitifs.

Découvrez les chiffres actuels sur les troubles neurocognitifs au Canada.
 

9. La Société Alzheimer est là pour aider les personnes vivant avec un trouble neurocognitif, les familles et les proches aidants.

Circle of friends holding hands.

La stigmatisation demeure un problème, et elle donne souvent aux gens l’impression d’être seuls. Mais sachez que de l’aide et du soutien sont disponibles, quelle que soit votre expérience avec les troubles neurocognitifs!

Vous n’êtes pas seul. Si vous ou une personne dont vous prenez soin cherchez des informations, du soutien et des ressources qui pourraient vous aider à faire face aux défis associés aux troubles neurocognitifs, sachez que la Société Alzheimer Suroît est là pour vous. La Société Alzheimer est le principal organisme de bienfaisance national œuvrant dans le domaine de la santé qui se consacre aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’un autre trouble neurocognitif au Canada. Nous sommes actifs dans toutes les communautés au Canada. Quel que soit l’endroit où vous vivez… vous trouverez une Société pour vous aider!

Vous pouvez  nous envoyer un courriel à [email protected] ou nous appeler au 1-877-773-0303 – et nous nous assurerons que vous receviez l’aide et le soutien dont vous avez besoin!

Contactez-nous

Bienvenue à la Société Alzheimer du Suroît. Nous offrons des services confidentiels. Tous les services offerts aux personnes et familles vivant avec un trouble neurocognitif sont gratuits.

En savoir plus
Valleyfield office / Bureau de Valleyfield