Les délires et les hallucinations

Lecture en

Les idées délirantes et les hallucinations sont des symptômes de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Lorsqu’elles éprouvent des idées délirantes ou des hallucinations, les gens ne voient pas les choses comme elles sont vraiment.

Les changements survenant dans l'humeur et le comportement : Les délires et les hallucinations

Changer de regard : guide pour comprendre les comportements de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées

Ce livret permet aux proches, amis et aidants des personnes qui ont la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée de comprendre leurs comportements et actions.

Il offre des informations sur ce qui suit:

  • Le cerveau et la maladie d’Alzheimer
  • Reconnaître et comprendre les comportements et les actions de la personne
  • Stratégies efficacies

Téléchargez le livret.

Aperçu

Les idées délirantes

Les idées délirantes sont des convictions fausses. Même si vous prouvez quelque chose à une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, cela ne changera pas ses convictions. Par exemple, une personne atteinte de la maladie peut croire que quelqu’un d’autre vit dans sa maison, alors qu’en réalité elle vit seule.

Les idées délirantes peuvent également se manifester sous la forme de convictions paranoïaques ou accuser quelqu’un d’autre d’avoir fait quelque chose qui ne s’est pas réellement produit. Par exemple, la personne atteinte de la maladie peut égarer quelque chose et accuser quelqu’un d’autre de l’avoir volé. Certaines personnes atteintes de la maladie peuvent manifester l’idée délirante que les autres « leur en veulent ». Par exemple, une telle personne pourrait croire que sa nourriture est empoisonnée.

Les hallucinations

Les hallucinations sont des perceptions inexactes concernant les objets ou les événements, qui impliquent les sens. Elles semblent vraies pour la personne qui les éprouve, mais elles ne peuvent être confirmées par personne d’autre. Les hallucinations sont une perception fausse qui peut occasionner des expériences positives ou des expériences négatives.

Les hallucinations éprouvées par des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent impliquer n’importe lequel des sens, mais elles sont la plupart du temps visuelles (voir quelque chose qui n’est pas là) ou auditives (entendre des bruits ou des voix qui n’existent pas réellement). Par exemple, une hallucination visuelle pourrait consister en des insectes sur le lit, qui ne sont pas vraiment là. Bien entendu, les gens commettent également des « erreurs visuelles », par exemple lorsqu’ils prennent une robe de chambre accrochée pour une personne parce qu’ils ne voient pas l’objet clairement. Cela peut arriver à n’importe qui et n’est pas considéré comme une hallucination.

En règle générale, si l'hallucination ne la perturbe pas, n'intervenez pas.

Causes possibles

  • Altérations sensorielles (affaiblissement de l'ouïe et de la vision)
  • Effets des médicaments ou maladie physique
  • Ne reconnaît pas l'environnement ou les soignants, éclairage insuffisant
  • Dérangement dans la routine
  • La direction a placé en lieu sûr des objets lui appartenant (comme de l'argent ou des bijoux)

 

Conseils et stratégies

  • Prenez rendez-vous avec le médecin pour revoir sa médication et planifiez une visite pour lui faire passer des tests d'audition et de vision.
  • Demandez une évaluation médicale afin de déterminer si elle souffre d'un malaise physique, d'une impaction fécale, d'une infection urinaire, ou autre.
  • Si elle manifeste un sentiment de méfiance : cherchez les articles perdus et rappelez-lui l'endroit où se trouvent les objets de valeur. Ne la réprimandez pas parce qu'elle a perdu ou caché quelque chose, et gardez en double les articles qu'elle perd souvent (si possible). Vérifiez si certains de ses soupçons sont fondés.
  • Améliorez l'éclairage dans la chambre.
  • N'exprimez pas directement votre désaccord avec une idée fausse.
  • Rassurez-la en lui prenant la main.

Exemple #1

Kate a peur la nuit parce qu'elle voit des araignées sur les murs de sa chambre.

À ne pas faire

  • Lui dire qu'elle se trompe. « Tu vois, Kate, il n'y a rien sur le mur. Retourne te coucher. »

À faire

  • Validez ses craintes : « Cela doit te faire peur. »
  • Ne vous fâchez pas et n'essayez pas de la convaincre. Ce qu'elle voit est vrai pour elle.
  • Examinez les murs pour voir si des ombres ne pourraient pas être prises pour des araignées et essayez de les faire disparaître. (par exemple avec l'éclairage)
  • Distrayez-la en écoutant de la musique, en faisant de l'exercice, en jouant aux cartes ou en lui montrant des photos.
  • Il serait peut-être utile de vérifier si elle a des troubles d'audition ou de vision.

Exemple #2

Josie est convaincue qu'un membre du personnel lui a volé sa bourse. Elle la garde toujours sur la table près de son lit, mais ce matin elle n'était plus là! Elle est certaine que la « p'tite nouvelle avec des drôles d'yeux » l'a prise.

À ne pas faire

  • Lui expliquer que personne n'a volé sa bourse, mais qu'elle l'a égarée, comme la dernière fois.

À faire

  • Validez ses sentiments.
  • Soulagez sa détresse (par exemple, cherchez sa bourse « perdue » et essayez ensuite de lui changer les idées)
  • Ses soupçons pourraient être vrais. Elle pourrait être une victime. Essayez de tirer le